Seydou Keïta

Photographe
Born in Bamako 1921
died in Paris 2001



  1. fr
  2. eng
Rechercher
Lettre d’information
Copyright © Seydou Keïta Photography
Estate Advisor Corporation



  1. Sans titre 1959/1960  50,8 x 61 cm
  2. Sans titre 1956/1957  50 x 60 cm
  3. Sans titre 1952/1955  60 x 50 cm
  4. Sans titre 1952/1955  60 x 50 cm
  5. Sans titre 1956/1957  50 x 60 cm
  6. Sans titre 1952/1955  50,8 x 61 cm
  7. Sans titre 1959/1960  50,8 x 61 cm
  8. Sans titre 1952/1955  50,8 x 61 cm
  9. Sans titre 1952/1955  50,8 x 61 cm
  10. Sans titre 1956/1957  60 x 50 cm
  11. Sans titre 1956/1957  50,8 x 61 cm
  12. Sans titre 1949/1951  60 x 50 cm
  13. Sans titre 1952/1955  50,8 x 61 cm
  14. Sans titre 1958/1960  60 x 50 cm
  15. Sans titre 1956/1957  60 x 50 cm
  16. Sans titre 1952/1955  50,8 x 61 cm
  17. Sans titre 1952/1955  50 x 60 cm
  18. Sans titre 1959/1960  50,8 x 61 cm
  19. Sans titre 1949/1951  60 x 50 cm
  20. Sans titre 1952/1955  60 x 50 cm
  21. Sans titre 1952/1953  50,8 x 61 cm
  22. Sans titre 1959/1960  50,8 x 61 cm
  23. Sans titre 1952/1955  60 x 50 cm
  24. Sans titre 1959  60 x 50 cm
  25. Sans titre 1952/1955  50,8 x 61 cm
Précédent
25
Suivant

Bienvenue sur seydoukeitaphotographer.com, le site officiel du grand photographe malien Seydou Keïta (1921-2001). SKPEAC dispose, à titre exclusif pour le monde entier, des droits d’exploitation sur l’ensemble de l’oeuvre photographique de Seydou Keïta. Elle assure la conservation et la promotion de ce patrimoine artistique unique, s’attachant à prolonger son héritage au travers de livres et d’expositions en collaboration avec les plus grands musées et collections du monde entier.

Le grand portraitiste africain Seydou Keïta a vécu à Bamako, Mali, de 1921 à 2001. Photographe autodidacte, il ouvre un studio en 1948 et se spécialise dans l’art du portrait. Seydou Keïta photographie bientôt le tout Bamako et ses portraits acquièrent une grande réputation dans toute l’Afrique de l’Ouest. Sa clientèle nombreuse - souvent jeune et habillée à l’européenne pour ce qui est des hommes – était attirée par la qualité de ses photos ainsi que son grand sens esthétique. Certains clients apportaient des objets avec lesquels ils voulaient être photographiés, mais Keïta avait également dans son studio un choix de vêtements européens et d’accessoires – montres, stylos, poste de radio, scooter, etc… qu’il mettait à leur disposition. Les femmes, elles, venaient en grandes robes, qui couvraient souvent leur gorge et leurs jambes, car elles ne commencèrent à porter des tenues occidentales qu’à la fin des années 60.

Seydou Keïta travaillait essentiellement à la lumière du jour et pour des raisons d’ordre économique ne faisait qu’une seule prise de vue pour chaque portrait.

Découvert en Occident dans les années 1990, la première exposition personnelle de Seydou Keïta eut lieu en 1994 à Paris à la Fondation Cartier, suivie de nombreuses autres dans divers musées, fondations et galeries du monde entier. Il est aujourd’hui unanimement reconnu comme le père de la photographie africaine et l’un des plus grands photographes du 20è siècle.

La technique de la photo est simple, mais ce qui faisait la différence, c’est que je savais trouver la bonne position, je ne me trompais jamais. Le visage à peine tourné, le regard vraiment important, l’emplacement des mains... J’étais capable d’embellir quelqu’un. A la fin, la photo était très belle. C’est à cause de ça que je dis que c’est de l’Art.
Seydou Keïta, Bamako, 1995/1996
© André Magnin


Une sélection de tirages posthumes de Seydou Keïta, en éditions limitées et numérotées, est désormais disponible à la vente à la Galerie Nathalie Obadia de Paris et Bruxelles et à la Galerie Danziger de New York

Nouveau! Applicaton Seydou Keïta gratuite